L’asbl Entrevues recherche des familles d’accueil pour ses chiens guides

Jeudi passé, dans l’émission, on vous présentait également l’asbl Entrevues qui forme des chiens guides. Pour nous présenter l’association, nous avons reçu Béatrice Pirotte, chargée de communication. Elle nous parle des missions d’Entrevues.

Béatrice : L’asbl Entrevues est une école qui forme des chiens guides pour qu’ils puissent guider des personnes déficientes visuelles dans toutes sortes de situations qui sont difficiles quand on ne voit pas ou qu’on voit mal. Le chien va aider à prendre les transports en commun, à aller faire leurs courses, à aller à des rendez-vous médicaux.

logo-top
Source photo: Entrevues.be

Comment se passe le travail de préparation des chiens guides ?

Béatrice : C’est un gros travail qui dure aux alentours de deux ans. On cherche des chiots dans des élevages familiaux, ces chiots sont ensuite confiés à des foyers d’accueil. Il s’agit de personnes bénévoles qui décident de donner de leur temps pendant environ 12 à 18 mois en suivant toute une procédure pour préparer le chiot à la formation de chien guide. Le chien entre en formation au centre de formation du lundi au vendredi, en allant dormir dans un foyer canin, puis le vendredi, il rentre dans sa famille d’accueil jusqu’au lundi matin. On parle toujours de famille d’accueil mais ça peut être une personne seule. Cette formation professionnelle dure plus ou moins 6 à 12 mois, ça dépend de l’évolution du chien, ensuite il est prêt à guider. On regarde alors dans notre liste de demandeur de chien guide, la personne qui va la mieux correspondre à la personnalité du chien, car les chiens sont tous très différents, et on essaye de créer le meilleur binôme possible. Il y a alors un stage intensif de trois semaines entre le futur propriétaire du chien et le chien, où on lui apprend à bien s’en servir puis il y a une certification et au bout de 3 mois le chien lui appartient.

Et pour le moment, votre plus grosse difficulté c’est le manque de familles d’accueil ?

Béatrice : En effet, actuellement, notre plus grosse difficulté est de trouver des familles d’accueil pour pouvoir prendre soin des chiots entre 8 semaines et un an et demi, ça demande un gros investissement de temps. On recherche des personnes nouvellement pensionnées, des personnes sans emploi, des étudiants, des personnes qui travaillent à mi-temps pour pouvoir prendre en charge toute l’éducation du chiot pendant sa première année de vie. Tous les profils sont imaginables à condition que la personne qui s’engage ait vraiment du temps à y consacrer. Il faut sortir le chien tous les jours, l’emmener en ville, dans des transports en commun, dans des commerces, chez des amis, se plier au jeu de l’emmener partout avec soi. Le mettre dans des situations plus proches de celles de l’homme que celles du chien de compagnie puisque ce chien sera vraiment le prolongement de son futur maître. Il faut savoir qu’on est couvert par un décret qui dit que le chien guide comme l’élève chien guide est admis dans tous les lieux où le public peut rentrer, restaurants, commerces, il y a très peu d’exceptions. Un mercredi sur deux, il faut assister à une séance spécifique à l’asbl, rue Monulphe, pendant une heure. Ça nous permet de suivre l’évolution du chien et les familles peuvent recevoir des conseils spécifiques. Il y a deux moniteurs avec 5 ou 6 familles par moniteur. C’est du bénévolat, tous les frais sont pris en charge par l’asbl, la nourriture, l’achat du chien, le vétérinaire, donc il n’y a pas d’argent à débourser.

Est-ce que ce manque de famille d’accueil est un problème récurrent ?

Béatrice : On est régulièrement en recherche de familles d’accueil. On a pas 100% de réussite non plus, tous les chiens qu’on acquiert et qu’on met en accueil ne deviennent pas chiens guides, soit pour des raisons de santé car les grands chiens ont tendance à la dysplasie, c’est-à-dire leur arrière-train qui lâche après quelques années, ou alors pour des problèmes comportementaux, les chiens craintifs ou agressifs on ne peut pas les garder. Pour avoir 7 chiens guides sur un an, il faut une troupe de 15 chiens guides.

En moyenne, combien de personnes ont besoin d’un chien guide ?

Béatrice : Ici à Liège, nous sommes la seule école de chiens guides et on essaye de placer entre 5 à 7 chiens par an.

Pourquoi un chien doit-il passer par une famille d’accueil avant de devenir chien guide ?

Béatrice : Un chiot n’a pas la maturité, le calme, pour apprendre vraiment les techniques de guidage donc avant il faut lui apprendre à être un bon chien de famille. Être propre, faire ses crasses à l’extérieur, ne pas sauter dans le canapé, ne pas monter dans les chambres. Ça nous coûte déjà très cher de former des chiens guides donc on ne peut pas passer de temps à ça. La deuxième raison, c’est parce que toute la période de socialisation du chien se fait dans son très jeune âge. Il faut que le chien en bas-âge, avant d’être formé, soit à l’aise dans toutes les situations et c’est aussi le rôle du foyer d’accueil. Si on commence à travailler la recherche de passage pour piétons mais qu’il a peur des voitures, ça va nous poser des problèmes. C’est vraiment un travail de socialisation et d’éducation basique qui doit être fait au début de la vie du chien pour que quand il devient adulte et posé, on puisse lui donner un apprentissage spécifique.

6_1_thumb1
Source photo: Entrevues.be

Y a-t-il des races spécifiquement choisies pour devenir chien guide ?

Béatrice : On a des races de prédilection, des grands chiens, c’est important pour vraiment sentir les mouvements du chien. On travaille beaucoup avec des Golden Retriever pour leur côté sympathique, convivial et bon élève, c’est un chien qui aime apprendre. On travaille aussi avec des Labradors qui ont les mêmes qualités que les Golden mais parfois un peu plus de fougue, et parfois aussi avec des croisés Berger mais la plupart de nos chiens ce sont des Golden Retriever.

Comment devient-on famille d’accueil ?

Béatrice : Il faut nous contacter via info@entrevues.be ou par téléphone. Vous nous expliquez vos motivations et vous rencontrerez une monitrice pour voir ce qu’elle attend de vous et ce que vous pouvez donner à l’asbl. Ensuite, ça peut aller très vite parce que si on trouve un chouette élevage familial avec un chiot disponible dans 15 jours, il est possible qu’on vous appelle pour vous dire « mercredi en huit, il y a un chien, est-ce qu’il peut venir ? ». Si on a plus de mal à trouver, ça prendra plus de temps.

Un dernier mot à destination d’éventuelles familles d’accueil ?

Béatrice : C’est un appel à la solidarité à travers les animaux. C’est vrai qu’on demande beaucoup de temps mais on est encadré, financièrement tout est pris en charge par l’asbl. C’est vraiment découvrir un plaisir et un échange avec un animal. Les raisons d’accueillir un chien guide c’est avant tout permettre à une autre personne d’avoir de l’autonomie et de l’indépendance, donc c’est vraiment la raison qui doit animer ce choix.

Tous les renseignements se trouvent sur le site de l’asbl.

Justine

Advertisements

One thought on “L’asbl Entrevues recherche des familles d’accueil pour ses chiens guides

  1. Ping : L’asbl Entrevues recherche des familles d’accueil pour ses chiens guides | Mes coups de coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s