SISW, IRHOV et Hippopassion au cœur de la seconde chronique made in Rivageois

Ce jeudi 4 mai, les étudiantes des Rivageois étaient de retour en studio pour proposer de nouvelles chroniques dans Cap ou pas Cap.

unnamed.jpg

Pauline C. nous a ainsi présenté le Service d’Interprétation des Sourds de Wallonie (SISW) et le service « Relais signes ».

Le SISW permet aux personnes sourdes ou malentendantes d’avoir recours à un(e) interprète en langue des signes en face à face pour un rendez-vous, médical, par exemple. Un interprète se rend avec vous à votre rendez-vous et peut traduire la discussion. Le tarif pour une personne est de 40€ par année pour 40h d’interprétariat et ce, pendant une année. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet du SISW.

De son côté, le service « Relais signes » permet à des personnes sourdes ou malentendantes de joindre rapidement des personnes entendantes via le téléphone. Il permet également aux personnes sourdes et malentendante de dialoguer brièvement avec une personne entendantes par le biais d’une interprétation à distance notamment pour un bref entretien avec un employeur, une commande de nourriture à emporter/livrer ou une prise de rendez-vous médical. Ce service, récemment créé est complètement gratuit et fonctionne sur fonds privés.Actuellement, environ 300 personnes sourdes et malentendantes font appel à ces services, mais 1 demande sur 5 ne parvient pas à être honorée… faute d’interprètes !

Lore-Anne nous a ensuite présenté l’Institut Royal pour Handicapés de l’Ouïe et de la Vue (I.R.H.O.V.) ou un enseignement spécialisé adapté aux élèves possédant divers handicaps est proposé et notamment.

  • Un enseignement de type 6 pour des élèves avec déficience visuelle et/ou un déficit fonctionnel de la vision.
  • Un enseignement de type 7 pour des élèves avec une surdité , une déficience auditive et/ou une carence importante de la communication.
  • Un enseignement spécialisé adapté aux élèves possédant plusieurs handicaps.
  • Un enseignement spécialisé adapté aux élèves avec autisme.
  • Un enseignement spécialisé adapté aux élèves aphasiques ou dysphasiques.

Les programmes d’enseignement sont identiques à ceux de l’enseignement ordinaire (objectifs individualisés). C’est organisé sur base des quatre niveaux de maturité exigés par le ministère de l’éducation de la Communauté française avec une préparation au « certificat d’études de base » (C.E.B.) et une intégration scolaire est possible dans l’enseignement ordinaire avec un accompagnement par leurs équipes éducatives. Des transports scolaires gratuits du domicile à l’école sont proposés pour les enfants des provinces de Liège, Namur et Luxembourg. Un suivi est effectué via l’Inspection pédagogique de la Ville de Liège et de la Communauté française. L’établissement propose également des activités sportives adaptées au handicap sensoriel. L’IRHOV se situe rue Monulphe 78 à Liège et a également une autre implantation rue de Burenville 46. Vous pouvez les contacter via l’adresse efc.irhov@ecl.be

Pour sa part, Pauline K. nous a parlé de l’accessibilité des festivals d’été mais je reviendrais sur sa chronique dans un autre post afin de développer le sujet d’avantage.

Enfin, Myriam nous a présenté lasbl Hippopassion, un centre de relation d’aide par la médiation équine, un centre sportif et de loisir avec les chevaux et un centre de formation. Environ 65% des personnes qui fréquentent l’asbl viennent de centres d’hébergement, centres de jour ou écoles d’enseignement spécialisé.  Leur équipe se compose d’une Directrice, Géraldine Senterre, qui coordonne les activités et les projets d’Hippopassion et les supervise, de thérapeutes, logopèdes, ergothérapeutes, psychomotriciens, psychologues, monitrice d’équitation, kinésithérapeute, assistant en psychologie, éducatrice spécialisée ainsi qu’un agent de maintenance. Leur écurie se compose de 16 chevaux et un âne répartis sur leurs deux sites (Fraiture en Condroz et Sart-Tilman). Les objectifs de chaque prise en charge sont définis aux termes d’un bilan approfondi des difficultés, capacités et ressources du bénéficiaire. Parmi ces objectifs nous retrouvons le développement psychoaffectif, le développement de la communication (primaire, non verbale et verbale), le développement psychomoteur (par ex. : développement du schéma corporel, structuration spatio-temporelle,…) ou encore la socialisation, l’intégration et le développement des capacités neuropsychologiques (mémoire, attention, concentration). Cela peut se faire via le pansage, des jeux, une stimulation sensorielle dans l’Espace « Bien-Être », de la monte ou encore de la voltige. Pour plus d’informations n’hésitez pas à visiter leur site internet.

Vous pouvez également retrouver toutes ces chroniques en réécoutant l’émission de jeudi dernier via ce lien.

Justine

Advertisements

One thought on “SISW, IRHOV et Hippopassion au cœur de la seconde chronique made in Rivageois

  1. Ping : L’accessibilité des festivals de musique de cet été – Cap ou pas Cap

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s