Présentation de la Fédération Multisports Adaptés avec son Directeur, Christophe Deramaix

Fin de l’année passée, j’ai reçu en studio Christophe Deramaix, Directeur de la Fédération Multisports Adaptés, une fédération, au même titre que les autres, comme celles de Football ou de Basket, reconnue par l’ADEPS qui s’occupe du sport pour les personnes en situation de handicap. Une fédération que Christophe Deramaix définit comme suit : Multisports et multi-handicaps. 

11392929_1451258711837303_2412689111126627559_nChristohe Deramaix : J’y ajouterais multi-activités. Multisports cela veut dire que nous avons la possibilité de proposer l’ensemble des sports qui existent adaptés sur différents plans. Cela peut être sur le plan technique, sur les règles ou sur le matériel. Multi-handicaps, cela veut dire qu’on accueille chez nous des gens avec tous types de handicap, à savoir mental, physique, physiologique, avec quand même chez nous une majorité de personnes avec un handicap mental, du handicap physique aussi mais assez lourd et au niveau du handicap sensoriel, essentiellement des personnes malvoyantes ou aveugles.

Vos membres sont plutôt des clubs ou des particuliers ?

Christophe Deramaix : C’est comme n’importe quelle fédération sportive, nous avons des clubs affiliés où il y a des membres, et les membres sont directement affiliés à la fédération via ces clubs et participent à des activités que nous mettons en place.

Ce sont des clubs de handisport à part entière ou des clubs avec une section adaptée ?

Christophe Deramaix : Il y a un peu de tout et les choses sont en train d’évoluer. À la base, on a essentiellement comme membres des clubs qui sont soit issus des institutions de personnes handicapées, soit issus de bonnes volontés qui ont crée un club pour personnes handicapées, mais de plus en plus on a des clubs qui ouvrent des sections pour ces personnes, ce qui permet d’augmenter le nombre de personnes qui ont accès au sport. Malheureusement le décret qui régit le sport en communauté française et qui date de 2006, ne permettait pas à un club de s’affilier à deux fédérations, ce qui veut dire qu’un club « valide » qui ouvrait une section handicapée ne pouvait pas s’associer à une fédération valide et chez nous par exemple, ce n’était pas légal. Le ministre a accepté de revoir ce point du décret et de le supprimer, pour que les personnes qui veulent pratiquer du sport puissent trouver un club plus près de chez eux et peut être un sport qui les intéressent.

La fédération a fêté ses 15 ans récemment ?

Christophe Deramaix : Oui, ses 15 ans de création. Il faut savoir que la Fédération a été créée en 2000, à l’initiative de 3 ASBL, qui s’appellent maintenant Altéo, l’ASPH et l’AFOA, et elles composent notre conseil d’administration. C’est avec elle que nous mettons en place différentes activités.

Justement, on parlait de sport tantôt, si on devait en citer quelques un ?

Christophe Deramaix : Il y a deux types de sports essentiellement, les sports qui sont spécifiquement dédiés aux personnes en situation de handicap et puis, il y a les sports plus classiques que les valides pratiquent aussi, et qui sont adaptés. On a fait le calcul il n’y a pas longtemps et il y aurait grosso modo une vingtaine de sports dans la Fédération.Si on devait en citer, comme exemple typique du sport adapté, ce serait la Boccia, une espèce de pétanque que des personnes IMC par exemple peuvent pratiquer, et il y a au niveau de la Boccia des compétitions jusqu’au niveau international qui existent. On pratique également le cyclisme pour les personnes malvoyantes ou aveugles, ou sinon tout simplement du mini-foot, du basket, du volley qu’on transforme et adapte en handball si c’est plus difficile, …

26169609_381218765655696_1887168578356693302_nIl y a également un volet formation ?

Christophe Deramaix : C’est une des activités importantes développées par la Fédération. Il y en a de deux types, reconnues par l’ADEPS, et qui débouchent sur un diplôme de moniteur/initiateur en activité physique adaptée. Il y a la formation multisports qui tente de former les gens pour pouvoir encadrer la plupart de ce que l’on trouve dans nos clubs. Nous avons aussi avec l’ADEPS, une formation en cyclo-danse, et puis il y a des formations plus internes à la Fédération, reconnues uniquement par nous mais qui nous permettent d’apporter quelques compétences, surtout au niveau sécuritaire, car l’encadrement des personnes en situation de handicap demande des compétences au niveau du sport mais aussi au niveau de la connaissance des handicaps et des risques liés à la pratique de certains sports. La partie sécurité chez nous est très importante.

Sait-on dire à peu près combien de membres, de clubs, sont affiliés à la Fédération ?

Christophe Deramaix : Aujourd’hui, on doit être aux alentours des 200 clubs et 5000 membres.

On sait que le sport c’est avant tout pour le plaisir, mais il y aussi la compétition, est ce que vous organisez des tournois ou des compétitions ?

Christophe Deramaix : Il y a un aspect compétition qui reste, des compétitions je dirais de loisir, qui n’ont pas vraiment d’objectif de haut niveau, surtout au niveau du handicap mental, où les institutions sont demandeuses de compétitions entre elles. On a des compétitions de badminton, de tennis de table, de mini foot, etc.

Est-ce que vous pouvez aider une personne désireuse de faire du sport à trouver un club ?

Christophe Deramaix : Tout à fait, c’est un rôle de la Fédération de pouvoir diriger les personnes. Maintenant, on est confronté à un problème qui est nettement moindre chez les valides, des demandes de personnes qui souhaiteraient pratiquer un sport pas très loin de chez elles et il faudrait donc trouver d’autres personnes dans un rayon raisonnable pour pouvoir pratiquer le même sport, et ensuite ce n’est pas fini, il faut encore pouvoir trouver un lieu et des gens pour l’encadrer. Donc ce n’est pas toujours facile de rediriger les gens ou de créer quelque chose sur base de demande, mais on fait du mieux qu’on peut pour croiser les demandes et essayer d’avoir des résultats à la fin.

Avez-vous également des offres adaptées en terme de stages, pour enfants par exemple ? ?

Christophe Deramaix : Oui, il y a des possibilités, il y a des stages qui sont organisés en Belgique et à l’étranger. Là aussi, je pense que si on voulait répondre à la demande, il y aurait beaucoup de choses à proposer et beaucoup de lieux dans lesquels on pourrait organiser des choses, mais ce n’est un secret pour personne que les moyens financiers sont assez difficiles à obtenir pour qui que ce soit, et donc avec les moyens que nous avons, on essaye de répondre à la demande comme on peut. Il y a une nouvelle expérience qui va être testée cette année, dans le cadre des stages d’ADEPS, nous allons organiser un stage à Bruxelles pour les enfants avec un handicap mental. C’est une première expérience, en espérant qu’elle pourra être répétée les prochaines années, voir multipliée dans les différents centres ADEPS de façon à augmenter notre offre.

Est-ce que les personnes peuvent vous faire des dons ou s’investir dans la Fédération ?

Christophe Deramaix : Bien sûr, les dons sont les bienvenus. Il y a donc la possibilité, sur notre site, de cliquer pour remplir un formulaire et faire un don. Sinon, il suffit de nous envoyer un e-mail et les dons sont les bienvenus et utilisés à bon escient, en toute clarté évidemment, pour des projets qui vont nous permettre d’augmenter notre offre et de répondre aux demandes des personnes en situation de handicap.

Avez-vous parfois besoin de bénévoles ?

Christophe Deramaix : Bien sûr, nous sommes en permanence à la recherche de bénévoles, surtout lors d’activités importantes. Nous l’avons fait à l’occasion de nos 15 ans, où nous avions quand même 600 personnes handicapés dans un centre sportif et cela ne peut pas se faire uniquement avec des professionnels sinon le coût serait beaucoup trop élevé. Nous avons besoin en permanence de bénévoles, que ce soit pour ce genre d’activités ou plus régulièrement pour les rediriger vers des clubs ou des entités.

Quelle est l’équipe autour de vous à la Fédaration?

Christophe Deramaix : Au niveau de l’équipe, il y a un pôle administratif et un pôle technique. Au niveau technique, on a une responsable Aurélie, secondée par Clotilde. Et ensuite, nous avons notre secrétaire au pôle administratif, Amélie, qui supervise l’ensemble et fait un travail très important de recherche de subsides, et nous avons Léon Poncelet qui lui s’occupe plus du côté informatique, d’une base de données. C’est un aspect très important dans le sportif, d’avoir une liste à jour de tous nos clubs et de nos membres, voilà notre petite équipe.

Pour avoir plus d’informations sur la Fédération, n’hésitez pas à vous rendre sur son site internet. L’interview est également disponible via ce lien podcast, en audio.

Merci à Nicolas Thirion pour la retranscription.

Justine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: